Absence de soucis

Lisez d’abord Matthieu 6: 19-34.


Pour pouvoir faire ce que Jésus recommande ici, il faut remettre en question les conceptions traditionnelles sur la façon de planifier sa vie. Au lieu de cela, dans nos propres plans, nous devons faire confiance à l’amour de Dieu pour nous.

Regardons quelques versets de plus près:

  • v.21: Où se trouve votre trésor, votre coeur aussi. – Nos trésors sont des choses que nous ne voulons pas lâcher, où nous ressentons douloureusement chaque perte. En observant nos réponses à la réalité dans laquelle nous vivons, nous pouvons découvrir où se trouve notre trésor
  • v.22-23: Dans ma propre expérience, les trésors sur terre nous lient souvent et nous asservissent, nous obligent à faire des compromis qui assombrissent la lumière intérieure – la connaissance et la capacité de faire ce qui est juste. Les moments d’obscurité intérieure sont souvent des moments où nous avons perdu de vue Dieu, submergés par la perte de quelqu’un ou de quelque chose de précieux, ou en comparant notre situation avec les trésors que nous admirons ou que nous envions chez les autres. Notre cœur s’est coincé au mauvais endroit …
  • v.24: Dieu et le dollar tout puissant ne sont pas compatibles. L’argent corrompt l’intégrité humaine. Sa place est en tant que serviteur de la vie, pas en tant que maître.
  • v.25: Par conséquent, je vous le dis, ne soyez pas inquiet … – Pourquoi donc ?? S’inquiéter signifie se préoccuper de nos trésors sur la terre. S’inquiéter signifie se soumettre au pouvoir de l’argent, de la sécurité, de la sécurité.
  • La vie n’est-elle pas plus que de la nourriture (et du plaisir, et de la sécurité, …)? – S’inquiéter signifie vendre la qualité de sa vie pour des trésors de passage et des trésors incertains (passés ou futurs).
  • La vie de Jésus n’était pas du tout en sécurité (Matthieu 8,20; Luc 4: 29-30), mais débordante de vie et d’empathie.
  • Les apôtres se réjouissent en prison de la présence de Dieu (Actes 16: 25-26) et leurs chaînes tombent.
  • v.26: Regardez les oiseaux … – mais ils meurent aussi! Pouvons-nous accepter cela comme les soins de notre père céleste aussi? Voulons-nous être comme les oiseaux, prenant la vie et la mort des mains de Dieu? En présence de Dieu, la peur de la mort, de l’échec et de l’insécurité perdent leur pouvoir déprimant.
  • Être maintenant mort pour le monde nous rend libres! Romains 6; Luc 9: 24-25; Jean 11: 25-26
  • v.28 lis et v.30 herbe: Les plantes n’ont pas d’autre choix que d’accepter les conditions dans lesquelles elles poussent. Mais ils vivent et se développent toujours, et dégagent souvent une beauté inégalée.
  • Notez que Dieu se soucie même de l’herbe, étant foulée par beaucoup.
  • v.32: Dieu sait ce dont nous avons besoin et il prend soin de nous. Combien de fois sommes-nous encore comme des païens …
  • v.33: Ayez comme premier objectif de laisser Dieu régner dans votre vie et de faire ce qui est juste devant lui, et tout cela vous sera donné. – Une magnifique promesse. Étant à son service, il a intérêt à prendre soin de nous et il peut le faire mieux que nous.
  • Ce n’est pas que nous n’ayons pas toujours à réussir. Mais nous devons essayer encore et encore jusqu’à ce que nous réussissions (Phil. 3:12).
  • v.34: Ne vous inquiétez donc pas pour demain, car demain prendra soin de lui-même. Que les problèmes d’aujourd’hui soient suffisants pour la journée. – Si nous réalisons cela (rendons-le réel, considérons-le comme une réalité), c’est un tel soulagement.
  • Jésus ne dit pas cela pour nous donner une lourde charge, une autre source de sentiments d’inadéquation, mais comme un évangile, une bonne nouvelle, pour nous enlever nos chaînes et nous aider à grandir en tant qu’enfants de Dieu en bonne santé.

Devons-nous alors nous arrêter pour travailler, pour planifier, pour espérer? Non, mais nous considérerons les échecs dans le travail, les perturbations dans nos projets, les espoirs non réalisés, non comme des soucis, mais comme des signes de la correction de Dieu, et en tiendrons compte dans notre mode de vie, dans notre travail, dans nos projets, dans nos espoirs. 2 Tim. 2: 3-4; Prov. 19:21; 21:31; Psaume 127: 1-2; Nombres 22.

Dieu nous libère de tout besoin d’inquiétude, nous permet de laisser nos inquiétudes avec lui (1 Pierre 5: 7) et nous guide au mieux de notre vie, tant que nous prenons soin de ses intérêts et le servons selon nos capacités. 1 Cor. 4: 2; 1 Pierre 4:10.

Arnold Neumaier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *